Spiritualité

Pourquoi les sorcières volaient sur un balai ?

Par Christophe Lengay , le 21 février 2022 , mis à jour le 21 février 2022
le balai et sa sorcière

La sorcière est bien souvent représentée avec un balai. Ce balai leur permettait alors de voler. Mais qu’en est-il vraiment de cette histoire ? Volaient-elles vraiment où était-ce une allégorie ? Dans cet article, j’essaye de répondre à ces questions selon les sources rassemblées autour de ce sujet. Comme vous l’aurez compris, je n’affirme rien. Ce genre d’article met en exergue l’imaginaire collectif qui peut être souvent tronqué et créer des représentations pouvant altérer une certaine réalité. Prêt(e) ?

Un peu d’histoire autour de l’huile magique

Tout d’abord, ce qu’il faut bien intégrer, c’est que le balai n’avait pas vocation première de “voler”. Ce mode de locomotion pourrait être à l’origine un héritage du bâton de druide constitué généralement de genêt, un bois auquel on prêtait des vertus magiques. Pour autant le bois du balai n’avait pas de pouvoirs magiques lui permettant d’être volant. Il était enduit d’une huile spécifique qui pouvaient alors lui permettre de s’envoler.

Cette huile était parait-il constituée de graisse et d’herbes psychotropes qui donnaient prétendument aux sorcières la faculté de s’en servir comme destrier volant (vous allez comprendre pourquoi un plus bas). Mais, à une époque ou la sorcellerie et la magie n’allait pas dans le sens de l’histoire religieuse du moment, certains affirmèrent que cette pommade était fabriquée à base de graisse fondue d’enfant non baptisés. De quoi ostraciser les guérisseuses traditionnelles et de monter les uns contre les autres.

L’humain a souvent utilisé la religion à ses propres fin même si cela allait à l’encontre de ses dogmes universels. Et à cette époque cela faisait partie intégrante de la “chasse aux sorcières”.

Son utilisation historique

Ce qu’il faut savoir, c’est que les premiers écrits narrant les recettes d’huile de sorcière datent de la période du moyen-âge. Cependant, certains affirment que nous pouvons trouver une source riche de témoignages à l’époque pré-chrétienne allant par ailleurs, jusqu’au néolithique. Les plantes psychotropes ont été depuis toujours utilisées par des shamans et druides. La potion magique d’Astérix est un témoignage populaire de cet inconscient collectif.

Le balai comme symbole ostracisant ?

une sorcière décollant sur son balai
Une sorcière “s’envolant”.

Le balai peut évidemment représenter un symbole phalique, et le terme “voler” pouvait par la même signifier simplement que ces dites sorcières l’enduisaient de lubrifiant pour pouvoir l’utiliser… Seule pour parvenir à un état de transe. Alors que le sorcier et son bâton pouvait représenter l’autorité, il n’en était pas de même avec les femmes…

Dans les contes et légendes, la sorcière vit toujours éloignée des autres, terrée dans une maison terrifiante à l’abri des regards. Mais aujourd’hui beaucoup remettent en question cette interprétation pouvant paraitre fallacieuse. Une femme indépendante et possédant un savoir riche n’allait pas dans le sens de l’histoire. Et toutes ses connaissances liées à la nature et à l’utilisation de ses composantes ne pouvaient être que le fruit du mal…

Les sorcières européennes du Moyen Âge n’étaient pas les seules à tirer parti des herbes pendant les rituels. Comme indiqué plus haut, cette pratique remonte à des milliers d’années. Les premiers chamans sibériens utilisaient des herbes dans leurs rituels, et il est certain que certains rites amérindiens ont inclus un certain nombre d’herbes hallucinogènes.

Difficile de séparer le bon grain de l’ivraie

Tout cela reste très complexe à déchiffrer pour ceux qui survolent ce sujet. Ce qui est certain, c’est que les sorcières ont été pourchassées et livrées à un triste sort. Symbole du mal incarné et du lien avec les ténèbres, la sorcière a pourtant fait partie intégrante des sociétés pendant des millénaires. Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui, le balai ne permet plus aux femmes de s’envoler.

Christophe Lengay

Toujours en recherche de sens, je vous accompagne sur le site et partage avec vous mon expérience et mes découvertes. "Le but, c’est le chemin."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *