Spiritualité

Qu’est-ce qu’une “Spell Jar” ou “bouteille de sorcière” ?

Par Christophe Lengay , le 12 février 2022 , mis à jour le 8 mars 2022
spell jar bouteille de sorcière

Une “Spell Jar” ou une “bouteille de sorcière” est un objet de protection spirituel utilisé comme protection contre les sorts. Ils sont décrits dans des sources historiques notamment en Angleterre et aux États-Unis. La plus ancienne mention d’une bouteille de sorcière date du 17ème siècle en Angleterre.

Cette pratique qui consiste à mélanger des ingrédients dans un contenant en guise de protection est répandue à travers le monde depuis toujours.

Pendant de nombreux siècles, il était courant de cacher des objets tels que des charmes écrits, des chats momifiés, des crânes de cheval, des chaussures dissimulées et des bouteilles de sorcière dans les murs des habitations. Les croyances magiques populaires autrefois soutiennent que les bouteilles de sorcière protègent contre les mauvais esprits et les attaques magiques, et contrecarrent les sorts lancés par les sorcières et/ou les mauvaises pensées. Ce sont des dispositifs de contre-sorts, dont le but est d’attirer et de piéger les intentions nuisibles dirigées contre leurs propriétaires.

Certaines des premières bouteilles de sorcières documentées se composaient de grès au sel.

Plus tard, les bouteilles de sorcière ont été fabriquées à partir de bouteilles en verre, de petites fioles et de divers autres contenants.

Exemple moderne d'une bouteille de sorcière
Exemple moderne d’une bouteille de sorcière.

Comment était fabriquée la Spell Jar ?

Une sorcière ou un guérisseur traditionnel étaient à l’origine de sa fabrication. Historiquement, la Spell Jar contenait l’urine de la victime (la personne qui croyait avoir été ensorcelée, par exemple), des mèches de cheveux ou d’ongles, ou du fil rouge. Plus tard, les bouteilles de sorcières étaient remplies de romarin, d’aiguilles et d’épingles (en métal) et de vin rouge. Par ailleurs, la bouteille est ensuite enterrée au coin le plus éloigné de la propriété, ou sous le foyer de la maison, ou placée dans un endroit discret de l’habitation. La croyance précise qu’après avoir été enterrée, la bouteille capte le mal qui s’empale sur les épingles et les aiguilles, noyé par le vin, et renvoyé par le romarin.

Parfois, l’eau de mer ou la terre sont utilisées. D’autres types de bouteilles de sorcières peuvent contenir du sable, des pierres, des fils noués, des plumes, des coquillages, des herbes, des fleurs, du sel, du vinaigre, de l’huile, des pièces de monnaie ou des cendres.

Certaines histoires parlent de la destruction de la bouteille. Certaines bouteilles de sorcière ont été jetées dans le feu et lorsqu’elles ont explosé, le charme aurait été rompu.

A une certaine époque, la croyance disait que la bouteille de sorcière était active tant qu’elle restait cachée. Les gens ont eu beaucoup de mal à cacher leurs bouteilles de sorcières – celles enterrées sous les cheminées n’ont été retrouvées qu’après que le reste du bâtiment eut été démoli. Les origines de cette tradition remontent au moins au XVIe siècle.

Mais d’autres récits narrent que dans les temps anciens, les bouteilles étaient en pierre et contenaient à l’origine des clous rouillés, de l’urine, des épines, des cheveux, des morceaux de verre, du bois et des os et même du sang menstruel.

Bien évidemment l’utilisation de la bouteille de sorcière est multiple et propose bon nombre de protections diverses et aujourd’hui elles sont proposées dans différentes versions.

Vous l’aurez compris, à la manière d’une amulette, la Spell Jar avait des vertus de protection qui encore aujourd’hui perdure auprès des personnes à qui ce genre de tradition parle.

Christophe Lengay

Toujours en recherche de sens, je vous accompagne sur le site et partage avec vous mon expérience et mes découvertes. "Le but, c’est le chemin."

Laisser un commentaire