Relationnel

Compassion et empathie, quelles différences ?

Par Julie Devallée , le 12 mars 2022 , mis à jour le 5 mai 2022
Compassion et empathie, quelles différences ?

Compassion et empathie, ces deux sentiments sont liés, mais différents. Tandis que l’une se concentre sur l’action, l’autre revêt une dimension plus abstraite. Dans cet article, nous définirons ces deux notions pour mettre en lumière leurs disparités.

Comment définir l’empathie ?

Empathie la définition
Illustration de ce qu’est l’empathie.

Etre empathique, c’est être capable de ressentir ce que l’autre ressent, autrement dit se mettre à sa place. Cette capacité à partager les sentiments d’autrui repose sur la compréhension. En effet, ressentir les émotions, c’est d’abord les comprendre. Dans le cas d’un ami qui vient d’apprendre la disparition d’un proche par exemple, vous éprouverez de l’empathie si vous êtes à même d’imaginer les sentiments qui vous inonderaient si vous étiez à sa place. Cependant, votre objectivité vous permettrait de faire la part des choses et de garder un certain recul sur la situation. Vous comprendrez et partagerez les sentiments de cet ami tout en considérant qu’il ne s’agit pas de votre situation. Voila en somme la définition de l’empathie et de ses particularités. Cependant, elle est souvent confondue avec la compassion.

Comment définir la compassion ?

la compassion en image
La compassion en image.

Ressentir de la compassion, c’est d’abord être touché par le malheur des autres. Quelle que soit la situation délicate dans laquelle ils se trouvent, ils provoquent en nous un état de souffrance. Celle-ci nous immerge au point de nous mettre en quête d’un moyen de soulager la personne qui souffre. On pourrait dire que la compassion n’est autre que l’empathie transformée en acte car il ne s’agit plus uniquement de ressentir le peine d’un proche, mais de chercher à l’apaiser. Si on reprend l’exemple précédent, vous seriez toujours conscient qu’il ne s’agit pas de votre situation, mais vous vous impliqueriez émotionnellement en espérant apaiser la douleur de votre ami. Dans ce cas, la distance entre vous et les émotions se réduit intensifiant la charge émotive.

 

Quels sont les risques de la compassion ?

Empathie et compassion sont des sentiments bénéfiques car ils nous aident à mieux comprendre les autres et nous poussent à leur apporter du réconfort. En outre, des études ont prouvé que le fait de ressentir de la compassion favorise la production d’endorphines, les fameuses hormones du bien-être. Elles ont également établi un lien entre ce sentiment et la synthétisation d’une hormone luttant contre les effets du vieillissement.

Mais la compassion n’est pas sans risque pour celui qui la ressent. En effet, être trop compatissant peut nuire à son propre équilibre. De plus, certaines personnes mal intentionnées peuvent exploiter l’esprit compatissant des plus sensibles pour arriver à leurs fins. En d’autres termes, on peut dire que la compassion est un sentiment manipulable.

Un excès de compassion peut également représenter un frein au bonheur. Les personnes qui, dans le cadre de leur travail par exemple, passent beaucoup de temps avec des individus en souffrance peuvent se laisser dépasser par ce sentiment permanent. Le risque est de le laisser prendre l’ascendant sur son équilibre émotionnel.

Et la sympathie dans tout ça ?

Ressentir de la sympathie, c’est identifier les émotions d’autrui, quelles qu’elles soient. En considérant les ressentis de l’autre, on participe d’une certaine manière à ses émotions. Mais la distance émotionnelle est bien présente empêchant les sentiments de notre entourage de nous déstabiliser. Certes, leur douleur ne nous laisse pas indifférent, mais elle ne chamboule pas notre équilibre émotionnel.

Julie Devallée

Je vous explique toutes les théories et concepts du développement personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *