Devenir praticien en shiatsu : la fiche métier

formation shiatsu

Parmi les nombreuses médecines alternatives qui ont le vent en poupe ces dernières années, le shiatsu vise à préserver la santé et le bon fonctionnement interne de l’organisme. Lié au concept de l’énergie vitale et issu de la médecine traditionnelle chinoise, il se base sur l’idée que les tensions accumulées dans le corps se révèlent néfastes pour notre état de santé général. Vous souhaitez orienter votre reconversion professionnelle vers cette médecine douce ? Lisez notre article pour en savoir plus sur le métier de praticien en shiatsu.

En quoi consiste le shiatsu ?

Le shiatsu fait partie de ces médecines douces qui voient leur succès croître rapidement ces dernières années. L’objectif de cette pratique thérapeutique : rééquilibrer l’organisme en réalisant des pressions manuelles sur différentes zones du corps. Originaire du Japon, le shiatsu s’inspire de la médecine traditionnelle chinoise.

C’est avec ses paumes de mains et ses doigts que le praticien effectue ces fameuses pressions qui visent à rééquilibrer l’organisme. Parfois, il se sert également de ses pieds, de ses coudes, de ses poings ou de ses genoux pour décupler la pression exercée sur le corps. Ainsi, le thérapeute peut corriger des irrégularités pour débloquer des énergies et rétablir cet équilibre perdu.

Pour recevoir les soins du praticien en shiatsu, le patient s’allonge sur un futon déposé sur le sol. Il conserve ses habits et se laisse manipuler pendant une heure.

Quels sont les bienfaits concrets du shiatsu ?

Avant toute chose, les pressions exercées par le praticien sur le corps détendent et relaxent. En effet, les manipulations apaisent les tensions, détendent les muscles et stimuleraient même le système de défense naturel de l’organisme. En outre, les pressions exercées sur le corps ont pour but d’améliorer la circulation des énergies de manière à favoriser la circulation sanguine tout en optimisant la respiration.

Mais le shiatsu n’agit pas uniquement sur le plan physique, il est également bénéfique sur le plan psychique. Grâce à l’effet relaxant des soins du praticien, le patient apaise son esprit, réduit son stress et soulage son anxiété. Ainsi, cette médecine douce agit telle une thérapie préventive. En effet, le fait de lutter contre le stress et l’anxiété préserve l’état de santé général d’un individu.

Comment devenir praticien en shiatsu ?

Dans notre pays, le métier de praticien en shiatsu n’est pas réglementé. N’importe qui peut donc exercer cette profession sans formation ni diplôme. Cependant, il est préférable, voire indispensable, de suivre une formation pour connaître et maîtriser tous les aspects et techniques de cette médecine douce. Dans le cas contraire, vous ne serez pas en mesure de soulager vos patients. En outre, ces derniers ne reconnaîtront pas votre légitimité et ne vous accorderont pas leur confiance.

C’est au sein d’une école de shiatsu que vous suivrez la meilleure formation. Complète, elle peut s’étendre sur plusieurs années. Pour être certain de recevoir un enseignement de qualité, mieux vaut s’adresser à une école agréée par la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel. Attention, cet organisme ne reconnaît que les écoles qui délivrent une certification en échange de 700 heures de formation. Le Syndicat Professionnel de Shiatsu, quant à lui, accrédite les instituts de formation qui délivrent un titre de “spécialiste en shiatsu”. Les professionnels formés par ces organismes sont inscrits au registre national des certifications professionnelles. Ce titre est le seul reconnu par l’État. Garant de votre réelle expertise, il multipliera vos chances de réussite dans cette nouvelle activité indépendante.

Quelles sont les qualités requises pour devenir praticien en shiatsu ?

Outre une formation réellement qualifiante, la profession de praticien en shiatsu impose de posséder certaines qualités humaines parmi lesquelles :

  • La patience
  • L’empathie
  • La rigueur
  • Une approche holistique
  • Un excellent sens relationnel
  • Un excellent sens de l’écoute

Avec chacun de vos patients, il faudra vous montrer bienveillant et attentif. Vous devrez comprendre ses blocages et besoins tout en installant un climat de confiance. Ensuite, vous pourrez exploiter vos connaissances théoriques et pratiques pour soulager les douleurs de vos patients et les accompagner sereinement vers un état de bien-être.